chirurgie réparatrice Tunisie

chirurgie reparatrice tunisie La chirurgie plastique reconstructive ou ce que l’on appelle la chirurgie reconstructrice est une spécialité qui comprend trois domaines :
*la chirurgie plastique qui concerne les formes disgracieuses dès la naissance.
*La chirurgie réparatrice Tunisie qui concerne la réparation des dégâts, soit par des accidents soit du cancer du sein pour les femmes
Et c’est la chirurgie esthétique qui est l’évolution naturelle de tout ça.

chirurgie réparatrice Tunisie et la chirurgie esthétique : Quelle est la différence ?

La différence qui existe entre deux chirurgies cousines qui sont : la chirurgie esthétique et la chirurgie réparatrice c’est que la chirurgie réparatrice Tunisie cherche à rendre à l’image son image antérieure qui a été dégradée par un accident, une défiguration ou une maladie de cancer de sein, et à ce moment-là le recours à la chirurgie réparatrice est une solution pour reconstituer, réparer l’image, la remettre aussi proche que possible à ce qu’elle était antérieurement. De l’autre côté, la chirurgie esthétique cherche à viser une amélioration d’un état préexistant. Cette chirurgie esthétique est vécue un peu un lux personnel. Par exemple une bosse sur le nez n’est pas une maladie, donc l’enlever c’est un désir personnel. Aussi se faire greffer les cheveux ou faire une augmentation mammaire c’est de la chirurgie esthétique, un désir personnel. La chirurgie réparatrice inclue notamment la chirurgie de silhouette c'est-à-dire : le sein, le ventre …la silhouette dans sa totalité. D’un autre coté la chirurgie de rajeunissement avec le lifting.² La tendance très marquée actuelle c’est le naturel au premier plan cela comprend la chirurgie qui ne se voit pas. Plusieurs patientes qui refaites leurs poitrines veulent que les cicatrices ne se voient pas. La même chose pour le rajeunissement, les patientes ne veulent que tout cela soit flagrant. Et pour satisfaire nos patients, on a la chance d’utiliser un tissu naturel celui de la propre graisse des patients. Car avec cela, les chirurgiens peuvent quasiment faire tout. Donc le rôle de chirurgien c’est de réparer les gens et même s’il s’agit de la chirurgie esthétique quelque part c’est réparer toujours quelque chose.

La chirurgie réparatrice des seins : La chirurgie réparatrice Tunisie : Reconstruire après une tumeur

chirurgie reparatrice tunisie Avec des milliers de personnes touchées chaque année du cancer du sein et surtout du cancer féminin, l’une de ce potentiel de ce type de cancer est l’ablation d’un sein. Recourir à la chirurgie réparatrice pour la reconstruction mammaire est alors essentielle pour la femme. Son but est de redonner un volume mammaire satisfaisant pour que la patiente conserve une vie féminine agréable et ne reste pas psychologiquement traumatisée. Plusieurs techniques de reconstruction sont possibles : comme les lambeaux qui permettent de créer un volume mammaire à partir de la structure corporelle, au niveau du dos ou de la ceinture abdominale. Avec les méthodes qui ont évolué avec le temps, il n’est plus nécessaire d’attendre 5 ans après le traitement pour avoir recours à la reconstruction mammaire.

La chirurgie réparatrice et la reconstruction des seins

Aujourd’hui, avec l’évolution de la chirurgie réparatrice , il est possible de faire des exérèses (ablation) et de reconstructions immédiates. L’important que dans la prise en charge de la patiente, on lui explique d’amblé que si on lui enlève quelque chose, il est possible de lui reconstruire car c’est psychologiquement fondamental et porteur d’espoir. La reconstruction d’un sein après son amputation (mastectomie) est aujourd’hui une des interventions les plus fréquentes de chirurgie réparatrice Tunisie. Et des mieux maîtrisées. Elle fait désormais partie intégrante du traitement. Outre le choix de la technique, le moment de cette reconstruction constitue un choix important. Elle peut se faire en même temps que l’ablation de l’organe atteint par la tumeur (tumorectomie) ; on parle alors de reconstruction immédiate. Elle peut également intervenir à la fin du traitement ; on parle alors de reconstruction secondaire. Plusieurs techniques sont possibles, en fonction des cas, et leur choix est décidé en concertation, non seulement avec toute l’équipe médicale (oncologues, chimiothérapeutes, chirurgiens généraux…) mais aussi avec la patiente, toujours associée aux décisions. La méthode la plus courante est celle dite de « reconstruction par prothèse simple ». Nécessitant une peau de bonne qualité dans la région du thorax, elle consiste à mettre en place un implant, le plus souvent derrière le muscle grand pectoral, en utilisant la cicatrice de la mastectomie. Cette intervention est réalisée sous anesthésie générale, la patiente étant en position demi-assise, les bras le long du corps. L’hospitalisation dure entre trois et sept jours, mais le drain peut rester en place pendant quelques jours encore après la sortie de l’hôpital. En cas de reconstruction par prothèse simple, on peut être amené à intervenir également sur l’autre sein dans un souci d’harmonie et de conformité de forme. La prothèse mise en place a une durée de vie moyenne d’une dizaine d’années. Autre technique proche, la reconstruction par prothèse d’expansion. À la différence de la reconstruction par prothèse simple, elle permet, en général, de mettre en place une prothèse définitive et d’un volume supé- rieur. Une valve reliée à la prothèse d’expansion, placée généralement latéralement au niveau thoracique, permet de gonfler la prothèse régulièrement, sur une durée de quelques semaines, jusqu’à obtenir le volume désiré. On remplace alors l’expendeur par une prothèse définitive. Dans les cas où il ne reste pas assez de peau thoracique après la mastectomie ou qu’elle est de mauvaise qualité, la reconstruction se fait par la technique dite « des lambeaux ». Il s’agit d’une technique bien plus complexe que la pose de prothèse. Mais le résultat est souvent à la fois plus naturel et plus durable. La reconstruction se fait grâce à l’apport de tissus prélevés sur une autre partie du corps (abdomen, dos, fesses…). Dans certains cas, le lambeau reste attaché à sa zone d’origine (le dos ou l’abdomen) et recouvre une prothèse ou, si son volume est suffisant, reconstruit entièrement le sein.

Chirurgie reconstructive de l’enveloppe interne et des formes :

La chirurgie réparatrice Tunisie a pour fonction de traiter les séquelles de maladies (exérèse des tumeurs par exemple) ou d’accidents (brûlure, plaie, fracture, paralysie…) ainsi que les malformations présentes dès la naissance (becs de lièvre, déformations crâ- …). Sa principale différence avec la chirurgie esthétique réside dans l’objectif, pas dans les moyens, car les techniques sont très proches. Spectaculaire par ses résultats, tant médicaux que psychologiques, la chirurgie réparatrice n’en est pas moins mal connue et bénéficie de beaucoup moins d’exposition médiatique que la chirurgie esthétique. C’est un domaine chirurgical passionnant, très vaste, innovant, dont les progrès ont été considérables et qui ne cessent de se perfectionner. Avec un bénéfice humain à la hauteur de ces avancées. La chirurgie réparatrice est la mère de la chirurgie esthétique.

Annuaire généraliste référencement naturel gratuit

Intervention

  • Lifting frontal
  • Blépharoplastie
  • Lifting des seins
  • Gynécomastie
  • Lifiting des Bras
  • Lifiting des Cuisses